Galgo Save Belgium

Galgo Save Adoption Actualité Aidez-Nous Nos Projets

 

Le Galgo

Pour comprendre un tout petit peu ce qui se passe dans la tête des  animaux de notre race préférée, il est important de savoir comment ils sont traités en Espagne.

Plus besoin de vous expliquer que la vie n’est pas agréable pour eux.

Sinon nous n’aurions pas besoin de sauver ces chiens.

Notre organisation a pour but de sauver autant de chiens (lévriers) que possible et de leur offrir un foyer solide et plein d’amour.

En plus notre organisation espère qu’un jour notre travail ne sera plus nécessaire.

Que la population espagnole prenne sa responsabilité et que cette situation intolérable ne se produise plus.

 Mais commençons par le début….

 

Le Galgo espagnol.

 Galgo en espagnol veut dire lévrier. Le Galgo Espagnol est donc littéralement : le lévrier espagnol, une race typiquement espagnole.

Retournons au point de départ, à l’histoire de cette magnifique race.

 

Le lévrier celtique

Quelques siècles av. JC, les Celtes chassaient avec des lévriers fins, de taille moyenne

Selon la tradition, ces chiens étaient à l’origine blancs et avec des poils rêches. Les lévriers celtes chassaient à vue, étaient des chasseurs très rapides et très appréciés.

Pendant leurs conquêtes à travers l’Europe, les Celtes propageaient ces lévriers en les emmenant partout avec eux. C’est ainsi que ces lévriers arrivaient vers le 6ème siècle av. JC dans la péninsule ibérique.

Des siècles plus tard, quand les Celtes ont été chassés par les Romains, ces derniers continuaient cette tradition de la chasse avec des lévriers.

Les anciens dessins romains et tableaux muraux en témoignent, surtout en Espagne et en Italie.

Dans la province romaine Hispanie le lévrier s’appelait « Canis Gallicus » (le lévrier celte). On présume généralement que le mot « galgo » est dérivé de ce nom, car le mot « galgo » est à l’origine la dénomination de tous les lévriers.

 Le Galgo espagnol est le descendant direct du lévrier celte.

A travers les siècles le galgo espagnol a été croisé avec d’autres races, en particulier avec le lévrier nord-africain (le sloughi) mais aussi avec  le Pharaohond égyptien et le Podenco Ibicenco.

Ces chiens ont été introduits en Espagne par les Maures qui, du 8ème au 15ème siècle, dominaient une grande partie de l’Espagne.

 

Le galgo espagnol au moyen âge.

 Au moyen âge ce chien était un symbole de prestige pour l’aristocratie occidentale. La chasse avec ces chiens était un privilège seulement réservée à la classe supérieure. Le peuple ordinaire n’avait pas le droit de posséder un lévrier, sauf en Espagne.

Là le galgo espagnol était le moyen de chasse par excellence, également pour la population ordinaire. Ils utilisaient le galgo uniquement pour leur gagne-pain : le galgo chassait les lièvres, les lapins et même des marcassins, la nourriture pour les gens ordinaires.

A côté de la chasse on organisait plus tard aussi des courses, comme amusement, les soi-disant « carreras en campo ». Les règles des ces coursings espagnols trouvaient leur origine dans l’empire romain. Les chiens étaient jugés sur leur courage, leur force et leur technique de chasse, contrairement au greyhound qui n’était jugé que sur sa vitesse. (Voir plus loin).

Les chasseurs accompagnaient les chiens à cheval, le gibier était débusqué et les chiens attrapaient les lièvres ou les chiens étaient lâchés dans un grand champ ouvert et pouvaient chasser seuls le gibier.

 

Le galguero aujourd’hui.

Cette tradition chez les galgueros (des chasseurs avec galgo) est restée dans la population comme une coutume typiquement espagnole. Très souvent des courses et matches entre galgos sont organisés dans des quartiers pauvres de petits villages ou de villes, ou dans des champs situés en dehors du village.

Pour augmenter la vitesse du galgo, on le croisait avec le greyhound. Des galgos pure souche sont très difficiles à trouver et pour un profane la différence entre un galgo et un greyhound n’est pas toujours évidente, en particulier en ce qui concerne leur apparence.

Le galgo original était avec des poils rêches. Mais par les croisements avec des sloughis et des greyhounds pendant des siècles, sont apparus les galgos à poil lisse, qui sont mieux connus, et maintenant ces chiens ont toutes les nuances de couleur.

des courses de chasse où beaucoup d’argent est en jeu

Courses de chasse

 

 

Malheureusement chez les espagnols une autre coutume se perpétue.

Quand un galgo ne donne pas de bons résultats pendant la chasse, le chien est maltraité. (On leur tire dans les pattes et dans les yeux, on enlève les yeux avec des couteaux, on leur donne des coups de couteau, on les lapide,….). La tradition veut que plus un chien souffre dans cette vie, meilleur sera le prochain galgo pour le chasseur espagnol.

A la fin de la saison de chasse (septembre à mars) les chiens sont remerciés. Car cela coûterait trop cher de les entretenir jusqu’à la nouvelle saison.

Les chiens qui ont mal travaillé sont atrocement maltraités (même par les enfants dans la rue) pour ensuite être pendus vivants à une branche d’arbre. Leurs pattes arrière touchent encore le sol et quand le galgo veut s’asseoir pour se reposer, alors il se pend. Le chien meurt d’une mort lente et atroce.

Les chiens qui ont par contre bien travaillé sont directement pendus à une branche plus haute et meurent rapidement. Les femelles qui ont bien chassé restent encore une saison pour porter des chiots. C’est la nouvelle génération de galgos pour le chasseur espagnol.

 

Parfois, après la saison de chasse, les chiens sont vendus à des tsiganes qui les utilisent pour la course et la chasse. Et là beaucoup d’argent est misé dans des paris.

Depuis une dizaine d’années, des voix s’élèvent pour que cette tradition agressive cesse.

Plusieurs centres d’accueil espagnols ouvrent leur porte pour accueillir ces chiens abandonnés et leur épargner ce destin tragique.

 

Grâce à plusieurs organisations à l’intérieur et à l’extérieur de l’Espagne, les galgos trouvent un repos mérité dans une famille. Très souvent il s’agit de jeunes chiens de 2 à 3 ans, car les galgos sont déjà remerciés après une seule saison.

(Source: Info-Galgo)

  © Copyright vzw Galgo Save Belgium asbl

  www.galgosavebelgium.be   All Rights Reserved. 2008